Jean-Luc Guionnet
Accueil > Dispositif & Installation > TEPHRAS - avec Olivier Benoit

TEPHRAS - avec Olivier Benoit

¬ Dispositif & Installation

avec Olivier Benoit

dispositif de spatialisation en temps réel



- TEPHRAS –
Système de diffusion multiphonique via max/msp créé par Jean-Luc Guionnet et Olivier Benoit
Programmation informatique : Frédéric Voisin

Tephras : ensemble des projections issues d’éruptions explosives, englobant les retombées subaériennes et les écoulements pyroclastiques Un autre champ d’étude est celui des tephras comme traceurs des "stress" végétaux et des déplacements des masses d’air. Enfin l’étude des filtres (poussières et turbides) permet de mettre en évidence les contaminations pédologiques, les apports des feux, les contaminations industrielles, les apports éoliens et turbides dans les différents dépôts étudiés. Ces techniques ont été mises au point par étude microscopique par Fibre Optique.

Cumulo-volcan : n.m. Volcan de type explosif, formé de dômes superposés, juxtaposés ou emboîtés dûs à l’irruption de laves visqueuses et de tephras provenant d’explosions violentes, émet peu de coulées mais des nuées ardentes, syn. péléen.

Production : Le CRIME
Coproduction : Art Zoyd, CCAM Vandoeuvre-les–Nancy, Drac Nord-Pas-de-Calais, conseil régional Nord-Pas-de-Calais

contact : Olivier Benoit 5, rue Frochot 75009 Paris France
tél : +33(0)6 80 37 97 31 obenoitmusic free.fr


A l’origine
Tephras est un prolongement de notre duo saxophone/guitare qui existe depuis 1999. L’approche du temps y est plus sculpturale que musicale. Nous considérons le temps comme une matière première, à la façon dont l’espace peut l’être pour le sculpteur. Ce duo particulier a donné lieu à la publication du disque "&UN" paru en avril 2002 sur le label Vand’œuvre.

Le prolongement, tephras
Suite à la résidence de recherche dans les Studios d’Art Zoyd, nous avons pu avec l’aide du programmateur Frédéric voisin, développer la mise en interaction de notre musique avec l’espace de diffusion. Les différents paramètres sonores (fréquence / amplitude / durée / périodicité / etc.) et leurs évolutions sont utilisés pour diriger la spatialisation de la musique en 6 points de diffusion.

"Tephras" est un dispositif informatique (développé sur MAX-MSP) qui analyse en direct les sons produits par les instruments (saxophone & guitare) et qui, en fonction de cette analyse, spatialise la musique autour du public de telle ou telle façon. Ce dispositif donne à l’informatique la fonction « d’étendre » nos instruments, leur permettant d’agir sur des paramètres inhabituels, et surtout de s’influencer l’un l’autre. Chaque instrument modifie la spatialisation de l’autre : sans recours à l’aléatoire, aucun des deux musiciens ne contrôlent donc complètement le résultat final.

En faisant jouer les trois dimensions de l’espace au cœur de notre musique nous étendons nos possibilités de façon organique sans que la technique ne gène la fluidité des enchainements, ni la précision des articulations. Ainsi, nos sons se dispersent dans l’espace selon la logique que nous leur imposons, ils se déplient, se meuvent dans l’espace physique. Éloigner, faire tourner, filtrer, rapprocher à la manière d’un gros plan, modifier les vitesses...

Pourquoi « Tephras »
En volcanologie, où les tephras sont, outre le gaz et la lave, les multiples restes d’une projection volcanique qui se répartissent selon leurs formes, poids, matière etc. à l’intérieur d’un périmètre qui dépend de la puissance du volcan.
D’où l’évidente similarité avec ce projet : ici la diffusion se fait dans un cercle avec le public et nous au centre et entre la source et ce périmètre maximum, il y a différents types de sons, de projections... C’est de cette manière que nous avons pensé les principes de diffusion : faire qu’à chaque "son", qu’à chaque "combinaison de sons" corresponde un point donné dans l’espace de diffusion (des coordonnées : angle par rapport au centre, degré d’éloignement, vitesse et sens de rotation, etc.).

Ce n’est donc pas un fonctionnement aléatoire : il y a une relation causale stricte entre les paramètres sonores et la place des sons dans l’espace de diffusion. La musique de tephras se retrouve prise entre la réalité brute de l’improvisation, l’espace virtuel de l’analyse et de la synthèse informatique et le résultat concret de la diffusion. D’une certaine façon, le dispositif informatique opère comme un microscope électronique sur notre musique : il fait d’énormes gros-plans sur des micro-formes, des indices, des micros-variations présents mais imperceptibles sans lui.

Le dispositif est à la fois un milieu de contraintes et de conditions que nous avons nous-mêmes construites (une sorte d’écosystème) et une extension du duo préexistant, un automate "partenaire". Si une partie de l’écoute peut être par moment happée par le désir de comprendre le fonctionnement du système, la musique résultante est pensée "libre de toute imposition de savoir « comment ça marche" : tephras est avant tout un travail sur la perception, un concert … c’est à prendre tel quel.

Note : &UN est l’un des dix disques de l’année 2002 sélectionnés par la revue Wire

FICHE TECHNIQUE
- système de diffusion en 6 points : six enceintes de qualité (type Christian Heill ou Amadeus ou à défaut des Nexos + sub) sur pieds, équidistantes, placées en cercle autour de nous deux) l’idéal étant un système électroacoustique capable de supporter une diffusion suffisamment puissante)
- 3 pieds de micros
- 1 micro statique
- 1 micro saxophone
- une table de mixage analogique 4 entrées/sorties minimum, avec 48 v et 4 sous groupes indépendants
- 1 D.I. (à lampe si possible)
- un ordinateur mac avec écran relativement récent (pas de Imac ni eMAC, ni Ibook) + 1 carte son 4 entrées mini et 6 sorties mini type digi 001 ou 002.
- Tout le câblage : sortie de table x4 vers entrée carte son (jacks-jacks ?) + sortie carte son vers sono.
- une table standard

Voir en ligne :
site d’Olivier Benoit