Jean-Luc Guionnet
Accueil > Improvisation > Quatuor de saxophones

Quatuor de saxophones

¬ Improvisation

Marc Baron - saxophone alto
Bertrand Denzler - saxophone ténor
Jean-Luc Guionnet - saxophone alto
Stéphane Rives - saxophone soprano



Cet ensemble réunit quatre saxophonistes qui ont développé un langage personnel en travaillant sur les registres spécifiques de leurs instruments : registres à la fois inhabituels ou extrêmes, mais aussi registres propre au saxophone dans sa façon de fonctionner : transitoires, régimes de vibration, souffle, etc. Ensemble, ils ouvrent un espace de fréquences et de textures qui n’est pas sans évoquer la musique électronique, tout en conservant le grain des timbres acoustiques. Ils élaborent une pièce musicale en perpétuel devenir, une œuvre unique et multiple qui évolue sur le fil du temps réel à chaque concert. Portée par une pensée collective source de formes, la musique de ce quatuor de saxophones combine l’expérience physique du son que certains compositeurs comme Scelsi ont pu rechercher avec une spéculation propre à la pratique de l’improvisation : influences à fronts renversés … soleils croisés, spéculer sur l’acte dans l’instant tout en cherchant une physicalité de la forme : un monde à l’envers, la réalité d’un spectre.

Créé en en 2002, le quatuor s’est notamment produit dans le cadre de nombreux festivals en France, en Suisse et au Portugal.

Le CD "PROPAGATIONS" est sorti en 2007 sur le label POTLATCH.

http://www.potlatch.fr
http://markbaron.free.fr
http://bdenzler.free.fr
http://www.stephanerives.net

Le quatuor a publié en 2007 un CD intitulé "PROPAGATIONS" sur le label POTLATCH.

http://www.potlatch.fr
http://markbaron.free.fr
http://bdenzler.free.fr
http://obenoitmusic.free.fr/pguionnet.htm
http://www.stephanerives.net


PRESSE

Pour les cordes, un quatuor ce serait du violon à la contrebasse, ici on a toute l’échelle des saxophones, chacun avec son répertoire propre, son style. Simple confrontation de chacun ? Non, ce qui compte ici c’est l’échange, jusqu’à ce que les sons se mêlent, qu’on ne reconnaisse plus leur auteur. Exploration douce d’une forme nouvelle, discussion parfois animée où l’on se perd et se retrouve.
Thierry Wattez, lejournal.cit

Un art du sonore où sons tenus et jeux de fréquences, battements, faux départs et silences, slaps, harmoniques et mirages acoustiques participent d’une musique de chambre moderniste. Minimal et austère. Et dans l’genre c’est excellent ! Avec Marc Baron (saxophone alto), Bertrand Denzler (saxophone ténor), Jean-Luc Guionnet (saxophone alto), Stéphane Rives (saxophone soprano). Enregistrés le 12 janvier 2007 par Pierre-Henri Thiébaut au Carré Bleu à Poitiers. - Metamkine

Peu de quatuors de saxophones auront plus investi le champ des musiques improvisées expérimentales que celui-ci. Ensemble depuis 2003, ces quatre saxophonistes connaissent sur le bout de l’anche l’histoire de l’instrument et tous ses particularismes. Une maîtrise absolue des techniques contemporaines leur a permis de pousser toujours plus loin la recherche de timbres au service d’un son recomposé, poussé jusque dans ses retranchements les plus intimes. - Orkhestra

Rares sont les quartets de saxophonistes qui, comme celui-ci, auront autant investi le champ des musiques improvisées. Faisant vivre ce projet depuis trois ans, ces quatre souffleurs connaissent parfaitement l’histoire de l’instrument et de ses différents styles.
Leur totale maîtrise des techniques avancées leur permet de mener toujours plus loin la recherche musicale. Textures et couches sonores, placement spatial et qualité du son collectif finissent par faire oublier qu’il s’agit encore de saxophones. Les masses vibrantes se déploient avec lenteur, animées d’un surprenant sens de la dramaturgie. - Les allumés du jazz

Autre quatuor de saxophones, celui qui réunit Marc Baron, saxophone alto/Bertrand Denzler, saxophone ténor/Jean-Luc Guionnet, saxophone alto et Stéphane Rives /saxophone soprano. Pas de saxophone baryton donc. Ce quatuor de saxophones est né en 2002. Loin du jeu des quatuors de saxophones dits classiques, ce quatuor engagé dans la musique improvisée pousse très loin la recherche des timbres, parfois jusqu’à ses limites extrêmes. D’où un subtil tissage-maillage sonore à quatre, jeu complexe de combinatoires d’une grande amplitude, un art exploratoire où les quatre saxophonistes rêvent de nouveaux étonnements, teintés d’interactions savantes, d’émotions nuancées et de sons inouïs. - Franck Médioni, Jazzistiques, France Musique

Quatre saxophones (2 altos, 1 ténor et 1 soprano) servent une improvisation inquiète de révéler sa propre sonorité, à force de mesure et de pratiques expérimentales accordées. Entassant souffles et drones, interventions timides ou osées, Baron, Denzler, Guionnet et Rives, passent de l’abstraction charmante d’une première partie à l’instauration d’élans plus palpables sur une deuxième, que la réflexion autant que l’insistance peaufinent avec lucidité. Plaidant pour l’éternel retour d’une note sur laquelle ils s’accordent, les musiciens dérangent ensuite leur entente au son de sifflements hauts et de graves, de ruptures soudaines et d’assauts fomentés. Menée avec intelligence, l’expérience rassure en révélant les conséquences heureuses de ses Propagations. - Guillaume Belhomme, dMute, grisli.canalblog.com

Just when it seemed that the saxophone quartet might be a format that had run out of ideas or momentum, along come this French foursome to add new vitality to the genre. For reasons that are not entirely clear, even when they have included otherwise free, radical players (I’m thinking of Julius Hemphill, David Murray, Lol Coxhill, Paul Dunmall…) saxophone quartets have too often opted to play it safe ; a sweeping generalization, perhaps, but one often born out.
Now, this combination of tenor, two altos and soprano (together for three years, although this is their recording debut) takes a truly radical approach, an approach more compatible with improv methodology than with that of a big-band horn section or a four-part vocal harmony group. So, there are no ensemble riffs, no interweaving melody lines, and no call-and-response—in fact, none of the standard sax quartet vocabulary. And—just as refreshingly—they aren’t called The (Blah-Blah) Saxophone Quartet either ; they are just identified by their names.
Instead, across three tracks varying in length from ten to just over seventeen minutes (a total time of forty-one minutes), the saxophones predominantly play long-sustained notes or make subtle noises with the instruments’ pads without blowing. The combined effect often sounds more like a combination of resonating electronics and percussion than four saxophones.
The final track starts out with the players in a rather more garrulous mood, but not until late in the piece do they remotely approach familiar sax quartet territory, when all four blow together, producing a righteous blast of sound. But it is short lived, followed by a period of guilty silence, as if they have to atone for the outburst. These four almost willfully seem to be avoiding well-trodden pathways, thumbing their noses at them and, hence, at clichés of the genre. Admirable. - John Eyles, allaboutjazz.com

I suppose one of the more daring things you can do nowadays is to form a saxophone quartet. Do you deal with the weight of history inherent in your horn or try to shrug it off ? Or do you simply see what four saxophonists with a thorough understanding of what has transpired in the last decade or so of contemporary improvisation can do these days ?
It sounds like the latter was the approach here. There’s no indication of how the pieces were put together, though it sounds as if at least the basic attack was agreed upon beforehand (if not, all the more impressive). But whatever the case, it by and large works. The musicians (Marc Baron, alto ; Bertrand Denzler, tenor ; Jean-Luc Guionnet, alto ; Stephane Rives, soprano) concoct three works ranging between about ten and seventeen minutes in length, allowing the ideas plenty of time to flourish. The first limns territory that one might have expected coming in : soft, grainy and generally high-pitched, long tones edged with spittle. That it’s not so surprising doesn’t at all mean it’s in any way unenjoyable and this one is fine, very delicate in its balance of tones and the succession in and out of the sound field. The first portion of second track gives me a bit of a problem, essentially because a large proportion of the sounds are key pops and other plosives, elements that carry a wee bit too much of that baggage from prior generations of free reedists. Still, the mini-explosions are arrayed with care over fainter flutterings and breaths and when it splays out into its last half, the saxophones coming to resemble nothing so much as a wheezing harmonium, it’s rather nice.
But the payoff is the final piece. Here, after several minutes of sour, whistling squeakiness, the quartet summons forth all the inherent richness in their axes ; the harmonium is cast aside and the pipe organ appears and raises the roof. Massive slabs of pure reeditude—we’re still talking drones, no screaming and screeching, just hugeness. The effect is liberating. Not so much in a cathartic manner as found in the finest of free jazz squalls, but more in the sense of a recognition that this capability, too, is in the saxophone and it’s been too often ignored in recent years. Diving into their lower registers, the metal begins to vibrate and thrum. They split back out into various pitch levels, one (Denzler, I would guess), maintaining the stuttering bottom, perhaps Rives scratching the ceiling. It’s a beautifully full performance, excellently structured. Good to hear that a format one might have guessed to be played out, isn’t. - Brian Olewnick, bagatellen.com

For french saxplayers join forces here for a CD on the french Potlatch label. A label specialized in improvised music. I must say, it is some time ago that I came across a cd with the sax-quartet format, as there has been a time when this format was very popular (Rova, etc.). But these gentlemen still see possibilities.
All you might expect from a saxophone quartet is not here. Everything you expect from jazz either. This quartet choses for a very stripped down approach, resulting in a very abstract music made up of long sustained notes or very short ones. With straight lines and dots they divide space, leaving enough room for silence. Their improvisations sound very controlled and disciplined, and they are not a highly emotional affair. On the other hand their music sounds very delicate, subtle and even intense.
All four players made their mark in the french improv scene. As a quartet they play and study since three years, working on their own sound and music with a prominent place for the less is more principle. They do not chose the easy way. They make use of extended techniques for coloring their sound, making you often forget you listen to four saxophones. With little means - a very reduced use of musical idioms and vocabulary - they impressively succeed in sculpting a fascinating structure that lasts some 40 minutes. - Dolf Mulder, Vital Weekly

A distinction from tradition : This is all sound.
The instruments : Two alto saxophones, one tenor saxophone and one soprano saxophone. The musicians : Marc Baron, Bertrand Denzler, Jean-Luc Guionnet and Stephane Rives. The music : New, sometimes seemingly weird, sometimes seemingly electronic, sometimes extraordinarily surprising.
There are many ways to think and feel about this work. As the extremely inventive artists state on the cover of ‘Propagations’, (obviously divided into three parts, even though it is actually just one) : ‘Time codes have been inserted for listening references only’. Whether that was a real necessity or not must be questioned, because the music speaks for itself and provides some distinguished moments of silence throughout, which are probably a lot better placed than the ‘artificial’ ones.
In terms of musical history, if you hear a quartet of saxophone players you always experience a close interaction of melodies, a lot of phrasing, copying, interpreting on the different sounds levels of the instruments. Also, even on experimental releases, the sounds may be generated at the technical limits of the saxophones, daringly stretched and contorted at times - but they’ll still adhere to a certain way following the rules of musical development, even if only hinting at this concept.
Not so on this release. Upon hearing the first part, I wasn’t even quite sure whether I had inserted the right CD into my player. Lots of silence, lots of seemingly electronically created sounds, almost at the very limits of what the human ear can hear, certainly reminding me of some overamplified microphones set to mute. Then, slowly but surely, other sounds mingle in. They also don’t seem to be produced by means of using a saxophone. Knocking noises, once in a while reminding the listener of electronic drumkits, high frequencies, seemingly melting together only to be separated again.
Noises of the instruments pads without the instruments actually being played, I assume, play a major role, too. Maybe the scratching of an unindentified device over the metal of an innocent saxophone, It is hard to say.
May that be as it is, the continuously changing effects produced by the musicians morph ever so slowly, ever so subtly, almost unrecognizable into more traditional use of their instruments. Please don’t get me wrong, there is no such thing as the quartet actually getting involved in melodies. This is all sound. On‘Part Three’, the last section of ‘Propagations’, all four instruments play together – a rare occasion – creating an event closest to what might have been done before. Only to be followed by silence, probably to let this extraordinary event sink in all the better.
This work tells us a fascinating tale about instruments – in this particular case saxophones - and the way they can be used. It leads us playfully on wrong paths, it lets us experience sounds we may have never heard before. The greatest achievement to me is that these sounds more and more, as CD time passes, are finding their way back to their original use, without denying their own will.
Probably because of its atypical character, the artists didn’t choose a name for their quartet ; instead letting their names appear on their own, again drawing a well selected distinction from tradition – like they did with their music. ‘Propagations’ is just that : A distinction from tradition. A remarkable work. - Fred M. Wheeler, tokafi.com

This is a new version of the genre of saxophone groups. Baron and Guionnet play alto, Denzler tenor and Rives soprano. They are all excellent improvisers and important voices on the French stage ; and they pay homage to a minimalism that is light as a feather. It sparkles. It is a music where silence feels like the light coming through the leaves of a tree an early spring ; and it has a strength at the same time as you can find in Cage´s silence. But this attitude also concludes a problem. When the musician or improvisor takes one step back at the same time as he lays claim to a certain kind of - often strong - presence.Or when musical density goes against lightness. Or even worse : when their will is more obvious than the result of the will.
And how do our French friends solve this ? They are all brilliant colorists, seekers och searchers, exploring the the sounds of their acoustic instruments. And you can indeed feel a certain impact from the history of electronical music. Their music becomes a kind of paradox. The musicians are enchanted by the electroacoustic tradition but they do not copy they act as had they naively heard this music but never seen a tape recorder och computor. They want to recreate the sound with only acoustic means - and they succeed.
They have refined their means, and they pass their predecessors. And in an important way we hear a minimal fulfillment of the surface of music. The slightest vibrato, even the sound of saliva in the mouthpiece is registered as a meaningful parameter. It is a parallell - even if not in time - to the classical sculpture in the 50s ; never before in history had the surface been worked so carefully ; the French sculptor Henri Laurens used to say, seeing the surface spreadin and reflecting light, "c´est bien coloré". If you think Giacometti or Despiaux, you understand what I mean.
It is often like this in this music. Some of the musicians have already individually played in a way that is loaded with nuances and also scraping meetings between notes and sounds.In this area Stéphane Rives is one of my favorites, one of the truly unsung heroes in improvised musicInte minst tänker jag på en av mina favoriter, en av de verkligt obesjungna hjältarna inom samtida impro, Stéphane Rives. His soloalbum on Potlatch - "Fibres" - is an important minor classic. A teased surface over textures that are tightly knit together. Not very often can you hear a saxophone like this. I have also heard him live succesfully sucking his soprano in a hypnotic introvert way. And in the next moment he exclaims a grinding cascade of tones.
In this album the musicians know what to do. It is a subtle balance between density och silence, where single notes and sounds suddenly or slowly move the process into new rooms of expression. All is though in many ways very classical. Sometimes the musicians want to demonstrate this skill - it happens that it is too obvious. The music is at its best when it flows, when it moves organically beween silence and sound, not so much aware of the balance between the two. And indeed the music grows when the players dive into oneanother´s sounds. Then these musicians show me what I have expected from them.
The limit between subtle and silent is hard to see, and the adventure is when you cross this border. - Thomas Millroth, soundofmusic.nu

Quand quatre saxophonistes férus d’expérimentations, rivés sur les champs ouverts de la spatialité et de la vibration des textures qu’offrent leurs instruments, se retrouvent aussi souvent pour travailler sur un projet de longue haleine, les perspectives se révèlent souvent endémiques. Depuis 2003 Marc Baron, Jean-Luc Guionnet (tous deux au saxophone alto), Bertrand Deznler (saxophone ténor) et Stéphane Rives (saxophone soprano) cultivent véritablement ce projet, Propagations, que ce disque révèle dans une saisie de l’instant puisqu’il a été enregistré sur une seule séance, en janvier 2007. L’idée de propagation est en effet indissociable de l’œuvre, tant les masses sonores libérées par les instrumentistes se jouent de leur propre lenteur, de leur aspérité blessante pour coller au plus près de l’oreille sans tomber dans une excessivité formelle qui aurait nui à cet équilibre acoustique bruissant. Un équilibre trouble, physiquement flou et méditatif, qui occupe avec un rendu sonore surprenant un espace musical indéfinissable livré à autant d’instabilités vibratoires qui en altèrent le sens. - Laurent Catala, octopus-enligne.com

There are few instrumental arrangements as loaded as the saxophone quartet. A piano trio might be classic jazz, but it’s been so many other things that it’s easily opened. But the sax quartet - Duke Ellington wrote for them, ROVA and WSQ made them into variable bands, it means something.
And while the flexibility of the sax has made it a key instrument in recent waves of minimalist improv (see John Butcher’s remarkable The Geometry of Sound (Emanem, 2007) for some remarkable pushing of new technique), the sax quartet has, perhaps, been too hot a thing to touch. (James Fei’s group worked in the vocabulary but was more formalized than the 41 minutes of open improvisation here.) While the saxophone affords percussive, woody, metallic and breathy voices, it is still a monophonic instrument (forced overtones still being tied to the note played). So while Baron and Guionnet (on altos) and Denzler and Rives (on soprano) take full advantage of their horns, some surprising things emerge in the course of their playing, chief among them being harmony. It might not be the harmony of a triad with an added seventh, but the most electric moments of this disc occur not when there’s a smear of sound and interjections, but when there are four distinctive voices contributing to a single idea. At those moments the quartet truly forges something new. - Kurt Gottschalk, squidsear.com

Qu’attendre de l’association de ces quatre souffleurs « de pointe » dont on a suivi les mouvements ces dernières années ? Certainement – du moins l’espère-t-on – pas plus un hommage à Marcel Mule qu’un simple recensement des trouvailles saxophonistiques récemment passées dans l’usage… Alors, juxtaposition ? surenchère ? annulation des forces en présence ? Le jeu était somme toute risqué et l’horizon d’attente de l’auditorat se peuplait déjà de scénarios sonores et de combinaisons stratégiques… que finalement le quatuor [Marc Baron (as), Bertrand Denzler (ts), Jean-Luc Guionnet (as) et Stéphane Rives (ss)] bat en brèche : la matière est plus rêche que les aimables et polies pelotes qu’on aurait imaginées, le jeu se déploie dans des espaces fort divers et pas si flatteurs de prime abord.
La pâte musicale s’élève et ondule, matière textile, ductile, géologique, électrique : bobinages, efflorescences évocatrices de certaines pièces orchestrales brèves de Scelsi, éclosions d’éclosions, mondes du son dans le son, se densifiant sans obstruction, montant comme certains de ces bourgeons soufflés par Jim Denley. En surface comme en profondeur, une tectonique subtile qui fait sourdre le son et souffler un orgue à crêpage d’interférences. Le déploiement improvisé de cette suite en trois mouvements n’épouse pas une dramaturgie de simple progression ; et s’il faut parler de « propagation », c’est à un degré particulier de complexité : circulation d’ondes concentriques et solidaires certes, mais aussi cheminements paradoxalement individuels dont les initiatives finissent, comme des virus, se propageant donc, par infléchir les formes à l’œuvre. Passionnant. - Guillaume Tarche, Improjazz

Prenez quatre saxophonistes connaissant leur instrument sur le bout des doigts, mettez-les ensemble et laissez-les improviser. Depuis 2003, M.Baron, B.Denzler, J.L.Guionnet et S.Rives fonctionnent sous cette formule. Ils cherchent à donner à leur instrument de prédilection une nouvelle orientation qui puisse sortir des cadres conventionnels.
Sur Propagations, il apparaît assez évident que le quatuor dépasse largement les clichés liés au saxophone. Comme un véritable voyage introspectif, ce disque est un concentré de précision et de concision. Jouant avec les silences et œuvrant résolument dans un esprit purement expérimental, les quatre hommes s’évertuent, dans un minimalisme confondant, à donner des sonorités inhabituelles à des formes musicales qui le sont tout autant. Les saxophones semblent alors dialoguer entre eux, d’une manière certes discrète, entre chuchotements et envois de signes abstraits. Il n’est alors pas question de déclencher les hostilités, chacun des protagonistes évoluant dans des sphères apaisées qui n’ont aucunement l’intention de faire de vagues.
Ceci étant, Propagations reste un bel effort d’imagination et se montre, finalement, assez étonnant. Par moment, on se demande vraiment si l’on écoute un ensemble pour saxophones. Entre les longues nappes qui ressemblent à s’y méprendre à des drones, des soufflements confinés qui savent se mettre au second plan, de brefs éclatements sonores inopinés et un effort certain pour rester dans un cadre des plus intimistes, il y a de quoi penser que la formation a atteint son but. Leur tâche est-elle pour autant achevée ? On en doute, car l’improvisation implique cette volonté de se réinventer et de chercher sans cesse de nouveaux terrains de jeux. Ici on a juste exploité une idée, on l’a développée et même, on l’a transformée. En soi, tout amateur de musiques improvisées ne pourra qu’apprécier ce genre de démarche. Propagations va suffisamment loin pour qu’on lui donne un intérêt particulier qui ne pourra se vivre qu’isolément. - Fabien, Liability

Potlatch poursuit son remarquable travail de documentation des nouvelles scènes improvisées avec un très beau quartet de souffleurs made in france .
Une formule mythique d’avant-jazz par essence qui met en perspective toute l’évolution saxophonistique des derniéres années, qui n’aura eu de cesse de s’éloigner d’un idiome qui, après avoir beaucoup donné, semble s’être perdu dans la virtuosité, l’héritage et la notoriété proche en cela du corpus "classique" et de sa tradition .
Propagations confirme la permanence des techniques de granulation acoustique entre salive, colonne d’air et amplification pour jouer au plus près des gradations séparant la contingence de l’expiration du timbre des saxes.
Le souffle continu producteur de trames (héritage scelsien ?), la focalisation sur les bruits "parasites" : coups de anches pincées, léchées, gifflées, claquements des feutres obturateurs semblant acquis comme dans quasiment toutes les productions des nouveaux improvisateurs au plus loin du pointillisme indépassable de Charlie Parker ...
Reste la musique : la valeur ajoutée d’une combinatoire singulière alternant ou non les paramètres propres au médium et qui font tout le sel du disque. Ainsi des belles articulations / variations sur l’amplitude, la durée, le grain, les tutti et les va-et-vient embryonnaires des instruments se donnant la réplique.
C’est un disque intense beaucoup plus varié et surprenanrt que la production courante de noise acoustique aride, avec de l"émotion en quantité comme lors de cette chevauchée spectrale de la partie 2 où les hauteurs en fusion des anches s’avèrent d’une sensualité rare, quasi symphonique en réponse aux micro-mouvements principaux. On est au plus loin de tout académisme dans une "histoire" sonore qui ne se refuse aucun procédé de narration pour replacer l’émotion et l’intelligence à égalité au centre du travail.
Un disque recommandé pour toutes ces raisons et quelques autres que le résultat, bien supérieur à la somme de ces commentaires, suffit nous semble-t-il à éclairer : l’écoute, la rencontre singulière induite et déduite de Propagations qui, bien au dela des promesses d’un genre, le renouvellent. Rien moins. - Boris Wlassof, Revue & Corrigée

Endlich sägt ein neues Saxofonquartett am heiligen Stuhl von Rova. Drei Jahre lang haben sich Baron, Denzler, Guionnet & Rives für ihre Debüt-CD Zeit gelassen, gespielt, geprobt, aufgewärmt, experimentiert. Dann erst betraten sie das Studio in Poitiers und kamen zu diesem prâchtigen Resultat. Gut vierzig Minuten lang nonstop (die Teilung in drei Stücke erfolgte laut Booklet nur aus Benutzerfreundlichkeit) renoviert die französische Viererbande das Sax-Quartett-Format. Trötet outer space dahin, grundelt in entlegenen Archiven, spilzt sich in riskanten Harmonien zu, brodelt seelenruhig dahin, nährt die Flamme mit Öl - und hinterlässt insgesamt einen überraschend digitalen Eindruck. Anders gesagt : Ohne vorherige Comupterisierung wäre diese Musik nicht möglich geworden. Sie ist als ganz normale Tradition einverleibt, auf sie wirkt die Klangästhetik zurück. John Butcher, auch ein Fixstern auf dem wunderbaren Potlatch-Label, verfährt seit einiger Zeit ähnlich mit seinen Sounds als stillen Brütern. Hier vervierfacht sich der Eindruck, nicht mehr zu wissen, was von welchem instrument gespielt wird. Mit Jazz hat das jetzt endgültig nichts mehr zu tun, zu Neuer Musik fehlt ihr das Festgesschriebene. Und von klassischer Improvisations-musik emanzipieren sich diese "propagations" (deutsch : Ausdehnungen, Ausbreitungen) insofern, als sie in eine weitgehend ungeahnte Zukunft weisen. Gespannt darf man sein, was sich daraus noch entwickeln mag. - Felix, FreiStil

Best part about "Propagations" is how sublimely quiet this saxophone quartet is. Featuring Marc Baron and Jean-Luc Guionnet on alto, Bertrand Denzler on tenor and Stephane Rives on soprano, the four musicians approach quartet material from an entirely different perspective. They’re not worried about melodies, pitch or actual harmonies. Their main concern is getting just the right sounds to escape from their horns. Subtle bursts of pops, clicks and high-pitches escape for a few minutes, only to be replaced by the same amount of silence. Silence is then interrupted by bubbling-pops with underlying spittle. As someone has already pointed out, listening to these discreet, possibly carefully though-out sounds is like watching paint dry. Which leads me to conclude that there’s nothing I’d rather be doing more now than painting. - Tom Sekowski, gaz-eta.vivo.pl

The idea of a saxophone quartet might instantly recall ROVA, but “Propagations” certainly does not belong to that kind of expression. Two altos (Baron and Guionnet), a tenor (Denzler) and a soprano (Rives) are the tools that give life to this concise piece, a pretty homogeneous improvisation that is nothing but another try to exorcise the concept that every secret in this artistic area has been revealed by now. It is a successful one, in virtue of the players’ choice of dividing their introspective conversation in a series of frameworks whose basic characteristics exploit the nearly obvious, however fascinating conditions of pneumatic peculiarity that reed instruments determine when stimulated in the right way. Fluxes of continuous notes, halfway through the sound of a detuned squeezebox and an enthralling hypnosis, are reinforced by the slightly grainy distortion deriving both from the clash between the upper partials and the extended techniques applied by the four. Sine wave-like washes are complemented by impressively unhurried sharp frequencies, the sonic mass becoming at times almost colossal, a moment later next to pale-skinned and, just apparently, weak. Silence, when it appears, is soon disturbed by gentle hissing and tongue clicking and popping, only to re-launch the musicians towards those slanted settings in which the machines require once again to be set in vibrating contexts, the ones that better represent the most satisfying aspect of a music that - if intelligently tackled - has still much to say after all these years. Silently or not. - Massimo Ricci, Touching Extremes

Détournement de saxophones. Marc Baron (alto), Bertrand Denzler (tenor), Jean-Luc Guionnet (alto) et Stéphane Rives (soprano) se produisent ensemble depuis 2003, ils se connaissent donc parfaitement et n’ont de cesse de repousser les limites des musiques improvisées expérimentales. Car ici, la surprise est totale, les souffleurs ont choisi l’approche la plus abstraite qui soit pour une telle réunion d’instruments similaires. Notes soutenues, interventions abruptes, silences, le dépaysement impressionne au point d’oublier qu’il s’agit bien de quatre saxophones qui produisent ces univers sonores dépouillés, accidentels et subtils.
Les techniques de coloration du son, la recherche de timbres inouïs, les jeux de fréquences et l’improvisation malgré tout structurée pourraient laisser penser qu’il y a ça ou là l’intervention de traitements électroniques du son. Clapets, valves, vertèbres... tirer pleinement parti de saxophones en détournant leur utilisation primaire et arriver à produire cette musique en filigrane est une vrai prouesse. Sur la dernière pièce, les quatre protagonistes jouent ensemble et quittent de façon plus manifeste le silence omniprésent sur les deux premiers titres. Les trajectoires de souffles s’offrent l’espace d’un instant une véritable libération.
Cette improvisation minimaliste de 40 minutes a été enregistrée le 12 janvier 2007 par Pierre-Henri Thiébaut au Carré Bleu à Poitiers. Une superbe performance qui saisit l’immatériel, l’inaudible du saxophone ! - sonhors.free.fr


CV

Marc Baron (saxophone alto)
Né en 1981, vit à Paris. Saxophoniste, improvisateur, compositeur et performeur.
Son travail, principalement instrumental, consiste à fabriquer un matériau sonore, appauvri en surface, qu’il place stratégiquement dans des situations variées (environnementales, musicales, langagières...), lui permettant de créer des articulations complexes entre un objet sonore, un corps (aspect performatif, conscience, Sujet) et l’environnement qui les entoure.
Il cherche à réaliser des formes dans lesquelles son et théorie pourraient se croiser de manière dynamique et ouverte.
Dans cette optique, il porte une attention particulière aux conditions de réception du son. En situation de concert, et ce dans une logique toujours liée au contexte, il utilise l’improvisation et fabrique des dispositifs simples pour mettre en condition l’écoute et penser le concert dans sa dimension spectaculaire.
Pour le disque, il utilise une approche conceptuelle qui l’amène à s’éloigner de l’idée de la documentation sonore.

Il enseigne, par ailleurs, l’improvisation et le saxophone à Saclay et à l’ARIAM (Paris).

Site personnel : http://markbaron.free.fr/

Bertrand Denzler (saxophone tenor)
Saxophoniste, improvisateur et compositeur. Après une formation classique et de nombreuses expériences en tant que musicien de jazz, il se consacre aujourd’hui principalement à la musique improvisée. Il a joué en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine, au Proche-Orient et en Extrême-Orient avec des groupes constitués, des centaines de musiciens, des artistes pratiquant d’autres disciplines (danse, sculpture, poésie, vidéo) ainsi qu’en solo. Il s’est produit dans le cadre de nombreux festivals et a publié une trentaine de CD, CD-R et DVD-R sur des labels comme Potlatch, Creative Sources, Matchless, Ambiances Magnétiques, For4Ears, Leo, Unit, Av-Art, Fargone... Il travaille parfois pour le cinéma et le théâtre, notamment pour le réalisateur Christoph Kühn, et anime à l’occasion des ateliers d’improvisation. Outre le saxophone ténor, il utilise aussi d’autres instruments (objets amplifiés, microphones, effets, guitare, ordinateur) pour certains projets. Actuellement, il est membre des formations "Trio Sowari" (Burkhard Beins, Phil Durrant) et "Hubbub" (Frédéric Blondy, Jean-Luc Guionnet, Jean-Sébastien Mariage, Edward Perraud).

Site personnel : http://bdenzler.free.fr/

Jean-Luc Guionnet (saxophone alto)
"Mon travail se divise en autant de parties qu’il m’est offert d’occasions d’agir et de penser par le son et l’image. Ces occasions ont toujours à faire avec la rencontre forte d’un dehors : un instrument (saxophone/orgue), une idée théorique (qu’est-ce que la rumeur ?), et surtout un ami collaborateur (André Almuro, Éric La Casa, Taku Unami, Yvan Clédat, Éric Cordier, Olivier Benoit …). S’en suit alors une suite éclatée de thèmes qui, à leur tour, influencent l’évolution du travail musical et orientent les rencontres à venir : l’épaisseur de l’air, l’écoute comme obscure à elle-même, le pidgin (langage sans grammaire ni vocabulaire pratiqué par deux adultes sans aucune langue commune), l’instrument de musique considéré comme automate affectif, la géométrie et l’arithmétique de la vision et de l’écoute… leurs différences, le son comme signature de l’espace, signature d’objets, signature de ce qu’il n’est pas, le paysage & le placard… Ou encore le voisinage (permis par la langue française) du temps qui passe et du temps qu’il fait… et par le truchement duquel l’œil et l’oreille se retrouvent dans le même dénuement.
La musique, le dessin, le cinéma deviennent alors, au travers de leurs propres protocoles artistiques, autant de façons de tester la réalité sentie et pensée pour amener à un point critique la “ vérité ” du sens commun, sur laquelle est souvent construit le travail lui-même.
Réciproquement, c’est un test dont l’expérience définit une nouvelle distribution de tout le corps en le plaçant dans un environnement à la fois inconnu et artificiel, tout en le laissant capable de penser, de compter, de faire des relations, d’entendre et de comprendre les lieux, etc.
L’émotion que je cherche est faite de toutes ces strates et du (plus ou moins aisé) glissement de toutes ces strates les unes sur les autres durant l’écoute : quand la musique et l’image donne le temps."

Site personnel : http://jeanlucguionnet.eu/

Stéphane Rives (saxophone soprano)
Né en 1969. Plus de 20 ans de pratiques musicales. Début marqué par 12 ans d’études de piano, solfège, harmonie, contrepoint et histoire de la musique dans différents conservatoires de la région parisienne et à l’Ecole Normale de Musique de Paris. Puis rupture avec la conception conservatrice de la musique officielle. Découvre le saxophone, qui devient alors l’outil premier de sa recherche musicale. Aujourd’hui son travail concerne principalement la création contemporaine et expérimentale dans une mise en jeu acoustique concrète de l’instrument.
Forme depuis quelques années un duo avec la vocaliste Agnès Palier. Membre co-fondateur de Klac-Sons, organise une trentaine de concerts rassemblant des artistes français et étrangers des scènes des musiques improvisées, électroniques et électroacoustiques au Théâtre Sur le Pavé (Paris). Participe à la coordination du projet Ivraie aux Instants Chavirés (Montreuil). Organise avec Sharif Sehnaoui des concerts pour des musiciens étrangers désireux de rencontrer des artistes de la région parisienne. Participe au projet Aérophone. Direction d’ateliers et de workshops sur l’improvisation. Concerts aux Instants Chavirés, aux Voûtes, dans divers lieux de Paris et festivals [Musique Action, Densités, Partenay, Clermont-Ferrand, Barcelone, Madrid, Beyrouth...], à Londres, Lille, Toulouse, Bordeaux, Metz... Rencontres avec la danse (Butoh : Gyohei Zaitsu, Maki Watanabe - danse contemporaine : Takuya Shimada, Rachel Gomme, Reina Knupp, résidence avec des danseurs de la Compagnie du Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne). Projet Plateformes avec H. Boghossian (larsen de guitare) et M. Saladin (larsen de clarinette basse). Trio avec Seijiro Murayama (percussions) et Frédéric Nogray (sonographie). Trio avec Sophie Agnel (piano) et Arnaud Rivière (électronique).

Site personnel : http://palriv.free.fr/

  • Quatuor de saxophones
    Vendredi 21 novembre 2008 18:30
    Librairie Souffle continu, 20/22 rue gerbier, 75011 paris, 01 40 24 17 21, M° Voltaire ou Philippe Auguste

    "À l’occasion de trois récentes sorties sur le label Potlatch : Trio Sowari "Short Cut", Guionnet-Nakamura "MAP" et Baron-Denzler-Guionnet-Rives "Propagations", nous avons voulu faire le point sur le label en accueillant son producteur Jacques Oger. Ce sera également l’occasion d’entendre trois solos de saxophone simultanés avec Marc Baron, Bertrand Denzler et Jean-Luc Guionnet."
    "This is disciplined, focused music, the sound of people really thinking and playing, and close attention is consistently rewarded." - Clive Bell, The Wire.
    - 1/ Concert SUPERPOSITION, 3 solos de saxophone simultanés, avec Marc Baron, Bertrand Denzler et Jean-Luc Guionnet
    - 2/ Discussion entre Théo Jarrier (Souffle Continu), Jacques Oger (Potlatch), Marc Baron, Bertrand Denzler et Jean-Luc Guionnet autour des 3 derniers CD du label POTLATCH :

    • Trio Sowari "SHORTCUT" (2008)
    • Guionnet-Nakamura "MAP" (2008)
    • Baron-Denzler-Guionnet-Rives "PROPAGATIONS" (2007)

  • Quatuor de saxophones
    Samedi 6 décembre 2008 12:00
    petit faucheux, 12, rue Léonard de Vinci, Tours, tel : 02 47 38 67 62

  • Quatuor de saxophones
    Samedi 28 février 2009
    La Chaux-de-fonds (Suisse)

  • Quatuor de saxophones
    Mercredi 4 mars 2009 20:30
    Eglise du Vieux St Sauveur, La poésie/nuit, Caen

    http://www.lapoesienuit.com


  • Quatuor de saxophones
    Vendredi 6 mars 2009
    Pannonica (Nantes)

  • Quatuor de saxophones
    Dimanche 8 mars 2009
    La Fabrica’son (Paris)

    http://www.jazzseb.com/PAGES/LaFabricason.htm