Jean-Luc Guionnet
Accueil > Improvisation > Solo d’orgue

Solo d’orgue

¬ Improvisation


ne pas oublier que l’on est aux commandes d’une machine
&
rentrer dans cette mécanique comme on rentre dans une façon de penser

l’orgue à mi-chemin du véhicule et de l’intelligence artificielle :
il conduit
c’est un transport en commun qui emmène : une nef, une barque, un paquebot, un batiment — un batiment dans un batiment

trouver l’ordonnancement architectural de l’instrument

sentir, faire sentir que cet ordonnancement prolonge d’une façon à la fois bien réel et symbolique, l’espace de l’architecture

faire passer la machinerie au filtre de l’écoute et du geste

prendre le souffle de la machine tel quel et l’orienter dans l’espace, viser l’endroit que l’on veut atteindre, c’est-à-dire la durée de propagation, l’ampleur de la réverbération etc.

amener ce souffle à vibrer de telle ou telle façon sans jamais perdre sa qualité brute de souffle : ventiler

il y a quelque chose de la table de mixage dans l’organisation et la structure de l’orgue

faire sonner cet orgue là pas comme cet autre : de façon unique

trouver ce qui le rend unique

exprimer l’orgue comme on le dit du citron, à perte d’écoute